jeudi 5 septembre 2013

La perle de Sibérie

 Mise à jour de l'article sur un nouveau site web : plus beau, plus pratique, plus classe:  http://bisonvoyageur.com/tdm-russie-baikal/





Après un trajet de plus à bord du Transsibérien, nous arrivons enfin à Irkutsk. C’est à dire LA ville de base pour visiter la Perle de Sibérie : le lac Baikal.

Dés notre arrivée en ville, on veut réserver notre billet de train jusqu’à UlaanBaatar en Mongolie car il parait que les places sont rares et que les trains ne sont pas quotidiens. Comme d’habitude aucune guichetière ne parle Anglais, mais on se débrouille toujours pour se faire comprendre grâce à la petite traduction à choix multiple que nous avait concocté Masha avant notre départ de Kiev. Malgré tout, on doit faire 2 guichet différents, demander à notre auberge de jeunesse plus d’informations, puis faire 1 autre guichet de retour à la gare, pour enfin se faire escorter par une policière à un quatrième guichet dans un recoin de la gare ou finalement..... il n’a toujours pas été possible de prendre un billet pour la Mongolie!! Qu’à cela ne tienne, la prochaine étape sera Ulan-Ude qui se trouve de l’autre coté du lac, et beaucoup plus proche de la frontière.

Après tout ça, et avant de se lancer à la découverte du lac, on visite un peu Irkutsk : au plus on avance vers l’Est, au plus les routes sont poussiéreuses, néanmoins, le style reste encore très Européen, même si on a déjà 7 heures de décalage horaire avec la France. L’architecture typique de Sibérie se fait encore un peu plus ressentir ici : ces magnifiques maisons en bois sont de plus en plus présentes.

mercredi 4 septembre 2013

Censored!

Petit interlude à mon récit de nos aventures pays par pays...

Nous voila donc arrivés en Chine depuis quelques jours. Les premières impressions sont très positives, bien mieux que ce à quoi je m'attendais, ce qui me pousse à prolonger mon séjour ici ! Mais ce que je voulais dire c’est qu’on a été confrontés à un petit problème, je dirais même qu’on a été au pied du mur... et «The Great Firewall of China» s’est dressé juste devant nous !

En effet en Chine, comme dans une poignée d’autres pays, Internet n’est pas libre !